Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2011

Tr : POESIES D'AUJOURD'HUI



AU CULBUTIS DU TEMPOREL
 
Baïonnettant la préférence
Le coeur vissé comme un calot
Rend possible le proférable
Quand phare le visage affronte
L'affreux cultivar des pensées
Au culbutis du temporel
 
ATARAXIE
 
A l'heure d'un thé d'Ahaggar
Feuille de vie Ancre d'Orient
Tout ce qui vient ici gésir
De ce monde d'ombres chinoises
Au fond de ton coeur bol de culte
Imboit ton être de splendeur
Loin de l'errant coucher des choses
A l'ultime Ahan de la haine
 
Caluire ( Parc ). Mercredi 25/O5/2OII.
 
LES OISEAUX SONT PARTIS, LE DANGER A PASSE
 
Fin de matinée. Retour d'un sous-bois du Mont Blanc. Schéhérazade, portée dans mes bras, niche, comme d'habitude, sa tête au creux de mon cou.
- Tu fais quoi, là...Dodo ?
- Non, j'écoute la radio.
- Tu écoutes la radio dans mon cou ?
- Non, dans mon dos. La radio, elle est dans mon dos.
- Je croyais que tu écoutais la radio dans mon cou pour avoir des nouvelles de mes jugulaires, les veines qui promènent le sang.
-Non, c'est dans mon dos que j'entends, j'écoute la radio dans mon dos.
-Ah! Bon !
- Oui, parce que c'est dangereux, il y a du danger.
- Mais non, il n'y a rien, c'est une belle journée, il y a du soleil partout.
- C'est pour ça ! Tu ne comprends pas ! Les oiseaux, c'est dangereux !
- Quels oiseaux ? Zo Zo Zo Zo Zoi !
Elle sort un peu sa tête amoitie et la décale sur ma clavicule.
- Ca y est ! Maintenant les oiseaux sont partis, le danger a passé.
 
Mercredi 25/O5/2OII.
 
 
C'EST TROP RIGOLO, TU AS CHANGE TA TETE
 
Schéhérazade à son retour de maternelle, grimpée contre moi pour se faire porter.
Elle tire, pinçant, par endroits, entre ses doigts fins, mes deux à trois centimètres de cheveux.
- Tu te rappelles quand tu étais une fille ?
- J'étais une fille ?
- Oui, tu t'habillais comme les garçons, tu avais une tête de fille.
- Tu crois...
- Pourquoi tu as coupé tes cheveux ?
- Eh ben ! C'est l'été, il faut changer de tête...
Noiseraies, ses yeux croustillent de tant d'éclats qu'on en est tuniqué de picotements . Elle pouffe en cristal dispersible :
- Oh ! Papa, C'est trop rigolo ! Tu as changé ta tête !
 
Lundi 23/O5/2OII
 
El' Mehdi CHAIBEDDERA.
 Amitiés.
 
 
 
 

Tr : PRIERE DE RAMSES II



Je vous adresse cette prière, étonnamment moderne et aux accents monothéistes de Ramsès II ( XIII siècle avant JC ). Hérodote disait que : Les égyptiens sont les plus religieux des hommes. " On pense beaucoup à Moïse, l"égyptien, maître des hébreux.
 
SUR NOTRE CHEMIN
 
Seigneur, à l'aube de notre vie,
nous pensions pouvoir être à toi,
de manière authentique,
nous pensions que nous n'avions
qu'à marcher droit...
Nous ignorions les chemins sinueux
et contournants, les impasses de la vie,
les lacets qui se perdent dans les ronces,
les pistes impraticables...
Noius ignorions que telle était notre condition
d'homme itinérant, d'homme fait à la fois
pour l'itinéraire et pour l'errance.
 
Seigneur, fais nous comprendre
que la tentation des prudents
est de devenir des peureux;
qui enfouissent leur talent dans la terre;
que la tentation des courageux

Tr : POESIES D'AUJOURD'HUI

AU CULBUTIS DU TEMPOREL
 
Baïonnettant la préférence
Le coeur vissé comme un calot
Rend possible le proférable
Quand phare le visage affronte
L'affreux cultivar des pensées
Au culbutis du temporel
 
ATARAXIE
 
A l'heure d'un thé d'Ahaggar
Feuille de vie Ancre d'Orient
Tout ce qui vient ici gésir
De ce monde d'ombres chinoises
Au fond de ton coeur bol de culte
Imboit ton être de splendeur
Loin de l'errant coucher des choses
A l'ultime Ahan de la haine
 
Caluire ( Parc ). Mercredi 25/O5/2OII.
 
LES OISEAUX SONT PARTIS, LE DANGER A PASSE
 
Fin de matinée. Retour d'un sous-bois du Mont Blanc. Schéhérazade, portée dans mes bras, niche, comme d'habitude, sa tête au creux de mon cou.
- Tu fais quoi, là...Dodo ?
- Non, j'écoute la radio.
- Tu écoutes la radio dans mon cou ?
- Non, dans mon dos. La radio, elle est dans mon dos.
- Je croyais que tu écoutais la radio dans mon cou pour avoir des nouvelles de mes jugulaires, les veines qui promènent le sang.
-Non, c'est dans mon dos que j'entends, j'écoute la radio dans mon dos.
-Ah! Bon !
- Oui, parce que c'est dangereux, il y a du danger.
- Mais non, il n'y a rien, c'est une belle journée, il y a du soleil partout.
- C'est pour ça ! Tu ne comprends pas ! Les oiseaux, c'est dangereux !
- Quels oiseaux ? Zo Zo Zo Zo Zoi !
Elle sort un peu sa tête amoitie et la décale sur ma clavicule.
- Ca y est ! Maintenant les oiseaux sont partis, le danger a passé.
 
Mercredi 25/O5/2OII.
 
 
C'EST TROP RIGOLO, TU AS CHANGE TA TETE
 
Schéhérazade à son retour de maternelle, grimpée contre moi pour se faire porter.
Elle tire, pinçant, par endroits, entre ses doigts fins, mes deux à trois centimètres de cheveux.
- Tu te rappelles quand tu étais une fille ?
- J'étais une fille ?
- Oui, tu t'habillais comme les garçons, tu avais une tête de fille.
- Tu crois...
- Pourquoi tu as coupé tes cheveux ?
- Eh ben ! C'est l'été, il faut changer de tête...
Noiseraies, ses yeux croustillent de tant d'éclats qu'on en est tuniqué de picotements . Elle pouffe en cristal dispersible :
- Oh ! Papa, C'est trop rigolo ! Tu as changé ta tête !
 
Lundi 23/O5/2OII
 
El' Mehdi CHAIBEDDERA.
 
Schéhérazade a quatre ans depuis le 1O mai. Avec moi, elle aime se faire porter alors qu'elle est toute sémillante et vigoureuse. Pendant que la porte, elle me tient des propos qui m'étonnent et qu'il m'arrive de noter. Voici donc deux moments.