Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2010

Tr : ERPETOLOGUE DE CE MONDE



ERPETOLOGUE DE CE MONDE
  
( Je n'ai jamais été modeste
  N'étant qu'ambitionnément humble )
  
Pivot de l'inquestionnement
Le coeur questionnable à jamais
S'émeut d'être nourri d'élytres
Mon Dieu Aidez-moi à me taire
 
Je n'ai jamais été modeste
N'étant qu'ambitionnément humble
Parmi les dômes de ce monde
Protocoles de l'intenable
Que j'aborde en erpétologue
En compendium de caducées
Au fol délivre de parole
 
Mon Dieu Aidez-moi à me taire
Erpétologue de ce monde
Je n'ai jamais été modeste
N'étant qu'ambitionnément humble
 
A jeun, pour mon sixième jour de Chouwal, samedi 25/O9/2OIO.
El' Mehdi CHAIBEDDERA
 

 

Tr : AUX TRAVAUX DE RETRAIT DU MONDE



AUX TRAVAUX DE RETRAIT DU MONDE
  
Mes travaux de retrait du monde
Où j'ai semé mon apostrophe
Et où mon épinoche fraie
Aux parenthèses du mystère
Où pillotent les libellules
En escapade de santé
Causent tracas de transparence
Au soir qui m'arrive en soupirs
  
Mes travaux de retrait du monde
Lorsqu'un nouvel éclat fugace
Vous donne des milliers d'années
 
Ce lointain à brûle-pourpoint
Peut-il assentir à l'intime ?
 
Carottage de convictions
Au coeur de la perplexité
La question crible la question
Et l'âme dégorge aux volis
Aux travaux de retrait du monde
 
Laennec. Lyon ( 8 ). Vendredi 26Novembre 2OIO.
El' Mehdi CHAIBEDDERA.

 

07/12/2010

Tr : Tr : DE LA POESIE ( suite )


De la poésie ( 2 ):
Par la poésie, la " sainte attention ", nous quittons le monde compassé de la dégustation entendue, l'embouteillage du lieu commun, du convenu, du sarcasme climatisé, de la contestation caramélisée, de l'esbrouffe généralisante. Le monde glasnostant  du style " accessible "  ( à qui, sans accès souvent à lui-même, n'assentit à aucun accès.. ) comme s'il s'agissait d'une effusion de fers à repasser. Le monde de l'entre-nous, de la gourmandise péremptoire, du " goût " aux guérites de l'agueusie, de la morsure au sommaire, des  "espaces de lecteurs ", quelquefois affectés en green réservés où l'on putte du satisfecit entre " potes ", où, toute honte bue, on s'envoie des bulles de béatification, où on entend troglodysser en fleurdelisant le baguettisant à la publication.
  
C'est, hélas! le cas de la plupart des revues de poésies, toujours mal subventionnées ( donc en principe plus " indépendantes " ), soumises aux pressions des abonnés, des parrainages, des "ce que demandent les lecteurs", des "sévères mises en pages", des thèmes imposés, des numéros bouclés ( longtemps en avance ), etc. dont elles tentent de se dépatouiller pour le plus grand - et rare - bonheur de la rencontre-découverte qui consisterait à réserver, de temps à temps, un "dossier spécial" ( préférons-y, supplément ou cahier ) qui donnerait une meilleure idée de l'apport d'un artiste, de sa sensibilité, de la variété de ses implications ... au lieu de l'inévitable saucissonnage " qui en ferait un "voisin" de publication avec d'autres, sans qu'il y ait de véritable suscitation à l'échange, surtout envers les "étrangers" dont la plume et l'art sont meilleurs ( et c'est, pour d'aucuns,  insupportable ) que certains "aborigènes" du lieu-dit. 
Me vient cette phrase: " Les esprits supérieurs comprennent toujours difficilement qu'ils soulèvent des fureurs en faisant ressortir les stupidités des gens relativement bornés." d'un autre "étranger" ( changeant trois fois de nom ) Romain Gary/ Ajar ( deux fois Goncourtisé ) et qui a fini par le sacrifice de soi.
Et cette autre sobriquetant en Lautréamont ( "difficile d'accès" )  avec son fameux: " La poésie doit être faite par tous " que l'on fait parjurer,  en étant soi-même d'accès difficile, car "la poésie doit être faite par tous" n'entend pas dire que tous doivent s'y mettre, chacun de sa truelle à qui mieux mieux, aux chances de l'embauche, mais que chacun doit y contribuer, s'en (pré)occuper en étant lecteur, passeur, imprimeur, afficheur, revuiste, éditeur, interprète, traducteur, organisateur, mécène et surtout amateur dans tous les sens de l'aimance, de " la sainte attention".
Ainsi "La poésie doit être faite par tous", c'est, avant tout, avoir l'élégance de céder le pas, d'être dans le devoir d'écoute, de rencontre, de déhérissonnement, d'avoir l'honneur d'être au service, de servir (  non de toujours se servir quitte à se desservir ).
Et quand on est à la baguette ( puisque tout est politique ), on devrait avoir, quelquefois présente à l'esprit cette phrase de Victor Hugo ( politique et poète, "aborigène" et "paria" : " En politique, je suis pour le petit contre le grand; en littérature, je suis pour le grand contre le petit." Beaucoup de Zorros des causes chloroformées qui se congratulent si complaisamment, devraient méditer sur cette phrase-précepte ( que du reste, son illuste auteur a dû oublier face à la colonisation de l'Originelle Afrique et de l'Antique Orient, Patrie de toutes les grandes spiritualités )
Sinon, on devrait se sentir interpellé par cette austère injonction du (si) sage Montaigne qui n'hésite pas à Montagner quand il le faut: " Mais il devrait y avoir quelque coercition des lois contre les écrivains ineptes et inutiles, comme il y en a  contre les vagabonds et les fainéants." ( C'est vrai que le "tranquille" maire de Bordeaux quand il y va, même rarement, n'a pas la main guimauveuse ).
  
Lyon. Janvier 2OO7 , repris le Samedi 27/II/2OIO.
El'Mehdi CHAIBEDDERA.